Presse

Acis et Galatée, Haendel in Love

Een weldadige intimiteit ... een fijnzinnige uitvoering, rijk aan nuances...

- Operamagazine ...
lire la suite


---

Un spectacle à la fois simple et intense... Dans la fosse on découvre en l'orchestre BarokOpera Amsterdam un ensemble de qualité. Tout en assurant les parties de flûte, sa chef Frédérique Chauvet dirige la soirée avec un beau sens de la pulsation: sa lecture est sobre avec beaucoup d'intensité... Le metteur en scène suisse Julien Chavaz a conçu un spectacle intelligent et sensible... Quant aux costumes, ils sont à la fois beaux et pleins d'humour. La direction d'acteurs est très aboutie, subtile et riche de sens. Dans cette oeuvre d'apparence modeste mais qui recèle une concentration d'émotion plus élevée que la plupart des "grands" opéras de Haendel, l'art qu'a Julien Chavaz de faire beaucoup avec peu subjugue. Entre poésie, tendresse et sérénité, cet Acis and Galatea est un petit bijou

- Opéra Magazine ...
lire la suite


---

Une version délicate et sobre, où le spectateur se sent bien. Elle est portée par un Orchestre de chambre fribourgeois aux interventions alertes et finement ciselées sous la direction de Frédérique Chauvet. Et c’est avec chaleur et enthousiasme que le public a accueilli cette première représentation

- La Liberté, Fribourg ...
lire la suite


---

Les Opéras d'été restent un moment incontournable de la saison estivale dinardaise » Télégramme 22/07/16
Un spectacle vivant, drôle, et moderne » Ouest France 15/07/16
Les maitres mots sont plaisir et exigence...»  Ouest France 20/07/16
Le public est de toute évidence conquis » Ouest France 27/07/16
Voici 18 ans que les Opéras d'été ensoleillent les vacances des Dinardais Télégramme 26/07/16


- la presse de Bretagne ...
lire la suite


---

Une soirée d'opéra réussie. Un opéra de Haendel bourré d'énergie, de verve et de fantaisie… tout simplement grandiose!

- Freiburger Nachrichten ...
lire la suite


---

Cette production de l’opéra de Häendel, Acis & Galatea, se révèle fort réussie, même si BarokOpera Amsterdam et le jeune metteur en scène suisse Julien Chavaz ont choisi une interprétation fort peu orthodoxe. La mise en scène est pleine d’idées, sans pour autant tomber dans la fatuité. L’accumulation de détails surprenants, de répétitions presque obsessionnelles se révèle sans cesse plus amusante et efficace. Mais c’est avant tout l’excellent jeune choeur qui en fait le charme, il est plein de vie dans les nombreux ensembles. Pendant cette Première à La Haye, l’ensemble instrumental joue avec vivacité et flexibilité ... l’interaction avec les chanteurs est très bonne, et l’intégrité musicale contraste de facon particulièrement agréable avec les curiosités du plateau. Le décor est constitué d’une boîte blanche à laquelle s’ajoute un nombre croissant de cubes noirs, symboles de l’innocence peu à peu compromise. Dans ce décor dépouillé, cet Acis & Galatea excentrique paraît comme une réminiscence de Barbarella. Mais au milieu de ce “fantasy-pastiche”, il y a également des moments de pure beauté : le choeur a capella Mourn, all ye Muses, ou encore l’air si contemplatif du vieux berger. Après les lapins toqués et le rocker déjanté, Galatée paraît tel un crocus de printemps bleu-verte, dotée de cheveux ondoyants comme une flamme démesurée. La soprane Elodie Kimmel, avec sa belle voix, sans vibrato excessif, donne à cette précieuse poupée branlante une personnalité fort touchante. L’entrée d’Acis est un peu hésitante, le ténor Jan-Willem Schaafsma se reprend vite pour se révéler excellent. Le baryton-basse Marc Pantus est quant à lui brillant dans le rôle de Polyphème, son oeil géant clignote vraiment et son costume, une sorte de cuirasse faite de pierrailles, le transforme en une espèce de Chippendale branché. Son air O ruddier than the cherry poussé jusqu’à l’absurde est tout simplement hilarant.

- NRC ...
lire la suite


---

Voici l’une des nombreuses trouvailles de l’interprétation de la directrice artistique Frédérique Chauvet et du metteur en scène Julien Chavaz, qui durant tout l’opéra savent allier abstraction, humour et musicalité. Elodie Kimmel est parfaitement choisie pour incarner la nymphe des eaux, inaccessible et légère. Il en est de même pour Jan-Willem Schaafsma, Acis rêveur, berger un peu dans son monde, tout comme pour le basse-baryton Marc Pantus, Polyphème amoureux

- Theaterkrant ...
lire la suite


---

On connaît un peu en France l’ensemble BarokOpera Amsterdam, qui est parfois passé par Paris au cours de ses tournées : on garde ainsi le souvenir d’un hilarant King Arthur donné à l’Athéne-Louis Jouvet. Directrice artistique de cet orchestre, notre compatriote Frédérique Chauvet, flûtiste et chef, confirme ses affinités avec la musique d’outre-Manche en abordant Acis and Galatea, petit chef-d’oeuvre de Haendel, où le compositeur déploie tout son art au service d’un format moins ambitieux que ces grands opéras, mais pour une réussite incontestable. La douzaine d’instrumentistes que compte l’orchestre suffit à rendre justice à cette partition plusieurs fois remaniée : on soulignera notamment la belle volubilité des deux hautbois qui contribuent ici à évoquer l’élément liquide si présent dans l’intrigue, puisque Galatée, nymphe des eaux, finira par transformer Acis en source limpide.

- Forum-Opéra ...
lire la suite




« Retour